National

Bouden à Alger : Un p’tit tour et puis s’en va, le mépris de la presse algérienne en plus [Vidéo]

A peine quelques lignes dans la presse algérienne, et encore sur un seul site d’informations, Algérie 7, lequel en plus a eu la grossièreté de titrer “Le Premier ministre tunisien en visite de travail en Algérie“. Tout le monde notera la masculinisation de la fonction de Najla Bouden, en plus du refus manifeste de lui accorder le qualificatif de ‘Cheffe du gouvernement’, que la presse tunisienne daigne au moins lui accorder. Même si c’est en s’amusant légèrement du malheureux sort de cette brillante commise de l’Etat jetée comme ça en pâture à l’omniprésence d’un chef de l’Etat, Kais Saied, qui n’a même pas l’élégance de la laisser, même symboliquement, piloter le Conseil des ministres ou même nommer ses propres conseillers à la Kasbah…

A peine quelques lignes dans la presse algérienne, pour dire quoi ? En fait que la Tunisie est juste un pion – les Tunisiens apprécieront – dans la stratégie algérienne pour diversifier les options et partenaires d’Alger dans la sous-région, suite aux bisbilles avec la France, qui s’ajoutent à l’animosité avec le Maroc. Vous avez bien lu : la Tunisie serait juste un faire-valoir… Ça fait mal, très mal. Cela devrait inciter les citoyens tunisiens à méditer sur leur triste sort, scellé par la mauvaise distribution des cartes après le départ de Ben Ali.

A part ce traitement pas sympathique du tout de la pesse algérienne, rien. Enfin si : Une petite vidéo de la Télévision officielle où Bouden échange des amabilités – banalités est le terme qui convient le mieux – avec le Premier ministre algérien, un film où l’impréparation technique de ce voyage saute aux yeux. Si c’était pour débiter ça, elle aurait pu se contenter d’un entretien sur Messenger ou Skype. Au moins cela aurait eu l’avantage d’économiser du kérosène, et Dieu sait que des économies ce pays en a besoin !

En parlant de sous, on ne sait toujours pas ce qu’est réellement allée faire notre cheffe du gouvernement à Alger. Puisque que comme d’habitude les services de Bouden n’on rien laissé filtrer. Une fâcheuse habitude qui est en train de se muer en tradition. Et comme elle n’avait rien à se mettre sous la dent, la presse tunisienne avait spéculé sur cette visite en Algérie, en tablant sur une bouffée d’oxygène pour la cheffe du gouvernement, pour ses finances publiques exsangues. Manifestement rien de tout cela, on en restera à un p’tit tour et puis s’en va – exactement de 11 à 17 heures -, au nom de la courtoisie, de l’amitié et de la fraternité entre les deux nations, et autres formules mielleuses mais qui ne nourrissent pas son homme, ni sa femme non plus…

Fin de l’histoire. On aurait aimé vous en raconter une autre, mais nous n’allons pas commencer à travestir la réalité, sinon on ne s’arrêterait jamais vu le paquet de désillusions qu’il y a à maquiller…

 


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page