Sport

Amine Gouiri, l’aiglon qui vole au-dessus de la Ligue 1


Amine Gouiri taclé par le défenseur portugais José Fonte lors d’un match face à Lille à l’Allianz Riviera de Nice, le 25 octobre 2020. VALERY HACHE / AFP

A 22 ans, Kylian Mbappé n’a pas le monopole des records de précocité du football français. Amine Gouiri, son cadet d’une année, est devenu, dimanche 21 novembre, le premier joueur né en 2000 à être impliqué directement dans au moins trente buts en Ligue 1 depuis qu’il y évolue (31 unités, avec 20 buts et 11 passes décisives).

Grâce au doublé de son jeune attaquant, l’OGC Nice a renversé Clermont à l’extérieur (1-2), s’emparant ainsi de la deuxième place du championnat à l’issue de la quatorzième journée. Amine Gouiri, lui, occupe la deuxième place du classement des buteurs, à égalité avec le Rennais Gaëtan Laborde, derrière le Lillois Jonathan David.

Avant de s’imposer comme l’un des meilleurs artilleurs de Ligue 1, l’attaquant formé à l’Olympique lyonnais a conquis toutes les équipes de France de jeunes (moins de 16 ans, 17 ans, 18 ans, 19 ans, espoirs). Il totalise une cinquantaine de capes dans ces différentes catégories.

En remontant un peu plus loin, on le retrouvait déjà sous le maillot bleu à l’âge de 12 ans. Lors de la Danone Nations Cup de 2012, en Pologne, il repart avec le trophée de meilleur buteur. C’est son club de Bourgoin-Jallieu (Isère) qui représentait alors la France dans la compétition internationale.

👏 Félicitations à @aminegouiri pour sa signature à l’@ogcnice. Meilleur buteur à la DNC 2012 avec 9 réalisations !… https://t.co/p9Z5q19bOo

— danonenationcup (@Danone Nations Cup) « Talents de finisseur » et « dimension collective »

Né à Bourgoin, qui était à l’époque l’une des terres de rugby les plus fameuses de l’Hexagone, le jeune Amine, lui, vibre devant le grand Lyon de Juninho. Un an après le tournoi en Pologne, il répond aux sirènes de son club de cœur, partenaire du club de Bourgoin, où il va franchir tous les paliers, jusqu’à l’équipe professionnelle.

Directeur de l’académie de l’OL, Jean-François Vulliez garde le souvenir d’un jeune « qui aimait le foot, facile à manager, travailleur. Vraiment un bon jeune… au-delà du fait qu’il ait marqué beaucoup de buts ! » (Rires.)

Son profil d’attaquant ? « Il a un grand gabarit, costaud et une fréquence d’appuis très rapide. Du coup, ça lui permet de changer d’orientation et d’ajuster ses pas pour frapper dans n’importe quelle situation », analyse le directeur de la pépinière rhodanienne.

« En plus de ses talents de finisseur, il y a chez Amine cette dimension collective, cette capacité à fluidifier l’animation offensive d’une équipe », ajoute Sylvain Ripoll, le sélectionneur des espoirs, qui l’a surclassé.

Comparé à Karim Benzema

Un espoir lyonnais en avance sur les temps de passage, adroit devant la cage, tourné vers le collectif, qui présente en plus des origines algériennes : pour beaucoup, son profil rappelle un certain Karim Benzema. « On me compare souvent à lui, à moi de l’imiter, confiait l’adolescent à France-Football en 2017. Mais je trace mon chemin de mon côté, sans aucune pression. »

Il vous reste 49.57% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.




lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page