International

Algérie-France : Tebboune met ses menaces à exécution

Le président français, Emmanuel Macron, n’impressionne pas le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, même avec son statut de futur vainqueur de l’élection présidentielle, selon les sondages. Macron, qui vient de livrer sa vision de la France dans les années à venir, a tenté lundi 8 novembre 2021, dans la soirée, de joindre Tebboune, rapporte le journal français L’Opinion. Le président algérien était aux abonnés absents. En fait l’expression la plus juste est : le chef de l’Etat algérien ne souhaitait pas converser avec le président français. Alger manifestement n’a pas digéré le tacle musclé de Macron sur la guerre d’Algérie

Pourtant le chef de l’Etat français voulait évoquer un sujet clé : la Conférence sur la Libye, à Paris, un dossier dans lequel l’Algérie est très impliquée. Macron voulait personnellement inviter son homologue algérien, pour le 12 novembre 2021. Tebboune a choisi la dérobade. Choisira-t-il aussi la politique de la chaise vide à la conférence de Paris ? Il est permis de le penser au vu de la colère d’Alger suite aux propos polémiques de Macron sur la colonisation française. “Haine de la France” en Algérie, un réseau politico-militaire qui prospère sur la victimisation permanente… Autant de mots qui ne sont pas passés du côté d’Alger.

Tebboune avait même confié au magazine allemand Spiegel, fin octobre, qu’il n’allait plus répondre aux coups de fil de Macron. Manifestement il vient de joindre l’acte à la parole…

La France a bien tenté de recoller les morceaux en arguant : “Depuis quatre ans, le chef de l’Etat mène un travail mémoriel sur la colonisation et la guerre d’Algérie, explique une source élyséenne. Il a rencontré des jeunes Algériens pour travailler sur les orientations du rapport de Benjamin Stora sur le sujet. Il s’est exprimé à cette occasion sur sa politique mémorielle et a fait part d’un certain nombre de questionnements. Il regrette les propos qui ont été rapportés dans la presse. Il a un grand respect pour la nation algérienne et son histoire. Il est attaché au développement de la relation bilatérale au bénéfice des peuples des deux pays».

L’Algérie jusqu’ici reste inflexible : “on n’a plus à coopérer ensemble, peut-être que c’est simplement fini maintenant. Macron a blessé la dignité des Algériens – nous n’étions pas un peuple de sous-hommes, nous n’étions pas des tribus nomades avant que les Français viennent”…


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page